Anne de Beaujeu, Pierre de Beaujeu et Suzanne…

Ces panneaux ont été réalisés ver 1492 par Jean Hey, dit également le « Maître de Moulins ». Ils représentent Pierre de Beaujeu à gauche, Suzanne tout bébé (née en 1491) et Anne, à droite, avec le château de Chantelle en arrière-fond.

Il n’existe pas de portrait, à ma connaissance, du fils aîné d’Anne et de Pierre, Charles, né en 1476 et décédé en 1498, sauf à ce qu’il soit confondu avec un homonyme. En 1492, il avait 16 ans et se trouvait peut-être chez au service de son oncle, le roi Charles VIII, comme le veut la tradition royale…

La réalisation de ces portraits est une étape importante dans la vie d’Anne et de Pierre puisqu’ils témoignent de leur puissance politique et territoriale.

C’est le moment où l’on agrandit et où l’on reconstruit le château de Chantelle. On reconstruit également depuis 1480 le prieuré de chanoines génovéfains qui se situe dans la basse-cour du château, au nord du donjon.

Partout s’affirme la puissance de la Dame de Beaujeu….

Anne de Beaujeu dans le contexte européen de la fin du XVe et du début du XVIe siècle

Pour comprendre le rôle central d’Anne de Beaujeu dans le contexte de l’époque, il faut la resituer sur l’échiquier politique européen:

Anne de Beaujeu est :
– fille du roi de France, Louis XI.
– soeur du roi de France, Charles VIII.
– belle-soeur du roi de France, Louis XII.
– cousine de Louise de Savoie, mère du roi de France François Ier.
– cousine de Philibert II de Savoie, époux de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas et tante de l’empereur Charles Quint, lui-même cousin du roi de France François Ier.

L’imbrication des familles royales ou princières européennes est telle qu’il serait facile de trouver encore d’autres liens…